editeur

Accueil/editeur

À propos de editeur

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent editeur a créé 19 entrées de blog.

La CLCV rejoint le collectif « Vive l’APL »

Ce collectif rassemble plus de 60 associations, syndicats et organisations de bailleurs sociaux, pour la plupart nationaux. Inédit dans sa composition, il traduit les inquiétudes de la société civile quant à l’avenir des politiques du logement.

Le collectif s’est réuni autour de l’appel commun « APL : Pas d’économies sur le dos des locataires » (voir ci-dessous). Il s’oppose fermement à l’application de mesures soudaines, d’une ampleur et d’une gravité exceptionnelle dans le domaine du logement. L’enjeu : monter en puissance et agir rapidement, aussi bien au niveau national que sur le terrain. Car, le calendrier parlementaire se précise. Les débats sur la loi de finances débuteront le 17 octobre et le budget du ministère de la Cohésion des territoires devrait être discuté durant la première quinzaine de novembre.

APL : Pas d’économie sur le dos des locataires !

Le gouvernement a annoncé son intention de retirer 5 euros par mois sur les allocations logements (APL-AL) par ménage à partir du 1er octobre, soit 400 millions d’euros par an. Cette mesure est injuste car elle touche uniquement les plus modestes d’entre nous, celles et ceux qui ont des difficultés à boucler leurs fins de mois.
Malgré le tollé général, le gouvernement persiste à vouloir réaliser en 2018 des économies, encore plus drastiques sur le budget des APL dans le parc social, à hauteur de 2 milliards d’euros. Prenant ainsi le risque de mettre en grandes difficultés des centaines de milliers de locataires, pauvres ou modestes, qui n’auront jamais les capacités de se reloger par eux-mêmes.
En effet, depuis vingt ans, les loyers et les charges ont progressé bien plus rapidement que les allocations et ressources des ménages à bas revenus. La moindre baisse des APL peut donc entraîner une hausse des impayés de loyers et des expulsions locatives.

Nous, associations de mal-logés, de locataires, d’étudiants, de résidents, de jeunes, de consommateurs, de personnes âgées, d’aide aux personnes défavorisées, de citoyens, syndicats, organisations de bailleurs sociaux avons donc décidé de nous unir contre ces décisions injustes, mais aussi inefficaces au niveau budgétaire à moyen terme, car une personne expulsée ou à la rue devra être prise en charge à un coût parfois bien plus élevé, au plan de l’hébergement d’urgence, de la santé…

Nous demandons solennellement et d’une seule voix au gouvernement de :
– revenir sur sa décision de ponctionner 5 euros des allocations logement et sur ses projets de coupes budgétaires en 2018 sur les bailleurs sociaux,
– appliquer l’encadrement des loyers en vue d’alléger la charge des locataires, comme le prévoit la loi dans les zones tendues,
– préserver l’équilibre économique à long terme des bailleurs sociaux afin qu’ils poursuivent leur mission sociale, entretiennent correctement leur patrimoine, accroissent leur production de logements sociaux et très sociaux, en particulier dans les communes qui en manquent, afin de reloger des ménages précaires dans de bonnes conditions et de continuer à répondre à l’ensemble des besoins sociaux.

Une stratégie financière qui pénalise le logement social

Alors que le gouvernement vient d’annoncer sa « stratégie logement », la CLCV constate que les
mesures annoncées relèvent, au mieux de la naïveté, au pire de l’amateurisme.

Après avoir attaqué pendant plusieurs semaines les aides personnelles au logement, les pouvoirs
publics semblent acter que les loyers sont trop chers. C’est une réalité… malheureusement, les
mesures proposées ne concernent que le parc social, alors que les loyers y sont règlementés et parmi
les plus faibles. Il est urgent d‘agir sur le parc privé, où les loyers continuent d’augmenter.
L’encadrement prévu par la loi ALUR constitue un dispositif efficace, comme le montrent les études
de l’OLAP. Nous ne pouvons donc attendre son évaluation. À Lyon, les loyers ont augmenté de 3,6 %
en 20172. Dans 6 ans, l’encadrement viendra juste constater que les loyers sont trop élevés, comme
cela s’est passé à Paris.

Par ailleurs, il est paradoxal de demander aux organismes HLM de construire plus tout en les privant
d’une partie de leurs capacités financières. 50 à 60 euros de baisse de loyers, ce sont 1,5 à 2 milliards
d’euros de trésorerie en moins. Une perte qui ne sera pas compensée par les avantages annoncés
(réaménagement de la dette, maintien du taux du Livret A…) et qui fait craindre une dégradation de
l’entretien, voire un abandon de certains projets de rénovation.

Une nouvelle fois, le gouvernement annonce des mesures qu’il fera payer par d’autres.

En matière de politique de la ville, la CLCV n’est pas dupe. Action Logement va une nouvelle fois être mis à contribution.
Le président de la CLCV, Jean‐Yves Mano, estime que : « nous sommes face à une stratégie budgétaire et non une stratégie logement.

Les efforts sont uniquement demandés à nos concitoyens les plus fragiles. » Et d’ajouter : « le gouvernement ne remet pas en cause le soutien au secteur du bâtiment. Une politique qui coûte plus de 2 milliards d’euros par an au budget de l’État alors qu’elle est un facteur de hausse des coûts de l’immobilier et du foncier. »

Concernant le développement de l’offre, la stratégie comporte des pistes intéressantes dans le domaine du foncier (libération de terrains publics, mesures fiscales et opérations d’intérêt national).
La CLCV appelle depuis deux ans à la création d’un véritable marché du foncier.
La CLCV demande au ministère un dialogue franc et constructif. Si le gouvernement souhaite remettre en cause le modèle du logement social, qu’il affiche clairement sa politique aux Français.

Baisse des aides au logement de 5 euros : une provocation pour 6,5 millions de personnes

Communiqué de Presse du Président de la CLCV

C’est sans aucun doute la première attaque sur les revenus des plus modestes, qui annonce la non indexation des aides au logement pour 2018. En effet, de par la loi, ces aides doivent être revalorisées en fonction de l’évolution de l’indice de référence des loyers (IRL). A défaut, nous attendrions du gouvernement un gel des loyers pour l’année à venir.
Cependant, tout indique une volonté de casser le système des aides au logement en place depuis 1977, sous prétexte de leur caractère inflationniste.

Nous contestons totalement cet argument. Il suffit d’ailleurs de comparer dans le temps la dégradation du caractère solvabilisateur de cette aide. En 1977, on pouvait toucher une aide au logement avec des revenus inférieurs à 1,7 SMIC, alors qu’à ce jour cette même aide est octroyée à des ménages dont les revenus sont inférieurs à 1,02 SMIC. De la même façon, le loyer moyen des allocataires a progressé de 35 % depuis 2000, alors que le loyer plafond des aides n’a progressé que de 17 %.
Si nous constatons ces dernières années une évolution en masse du montant des aides au logement (APL, ALF, ALS), c’est qu’il y a tout simplement une augmentation notable du nombre de bénéficiaires, liée à la montée dramatique de la précarité dans notre pays. A titre d’exemple, 500 000 allocataires de plus entre 2010 et 2016. Si leur nombre augmente, c’est parce que le montant des retraites est insuffisant, le nombre de personnes sans emploi explose et le revenu des travailleurs précaires ne leur permet plus de vivre décemment de leur travail.
S’il y a des ajustements à faire en matière de politiques de logement, suivons l’avis de la Cour des comptes qui préconise de supprimer les dispositifs fiscaux d’encouragement à l’investissement immobilier locatif pour un coût annuel de 2 milliards d’euros.

La Cour des comptes qui s’interroge également sur l’efficacité de la TVA à 5,5 % (au lieu de 20 %) lorsqu’il s’agit de réaliser des travaux dans un logement achevé depuis plus de 2 ans, ce qui correspond à une dépense publique de 5,2 milliards pour seulement 127 000 emplois créés. Ce ne sont que deux exemples des possibilités d’économies potentielles dont l’existence n’est liée qu’à la puissance des lobbies du bâtiment.
Au moment où le gouvernement envisage de baisser de façon notable l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), il est pour la CLCV scandaleux d’aborder la question des économies budgétaires en s’attaquant aux populations les plus modestes. Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement, Mesdames et Messieurs les élus d’En Marche, il ne semble pas que vous ayez été élus pour cela.

Jean-Yves Mano

Mise en place de permanence Médico-juridique

La CLCV 38 a l’opportunité de faire réaliser par un professionnel de santé bénévole des permanences concernant le droit médico-administratif et les litiges qui peuvent en découler.

Les permanences débuteront le 18 septembre 2017.

Si vous avez des questions de santé au travail, n’hésitez pas à nous contacter pour prendre rendez-vous !

Pour plus de précisions cliquez sur le lien ci dessous :

Permanence Médico juridique

Nos permanences pour vous accueillir

La CLCV tient des permanences téléphoniques tous les après-midis de 13h30 à 17h sauf les mercredis et jusqu’à 18h les jeudis.

Vous pouvez-nous contacter au 04 76 22 06 38

Nous tenons également des permanences physiques sur rendez-vous :

  • Les mardis 9h-12h30/14h 17h sur les questions budgétaires et surendettement
  • Les jeudis de 9h à 12h sur les questions de logement et de consommation
  • Les jeudis après-midis (14h-16h) sur les questions d’assurances

N’hésitez pas à nous contacter pour prendre rendez-vous.

Les permanences physiques reprendrons le 5 septembre mais les permanences téléphoniques sont maintenues.

 

 

Temps festif sur le quartier Teisseire

Communication projet Teisseire

La CLCV a initié un projet sur le quartier de Teisseire le 15 septembre 2017 de 16h00 à 20h00 autour de la gestion des déchets. Celui-ci se déroulera au jardin du bassin situé au 10 Rue Gaston Letonnelier, 38100 Grenoble.

Ce temps festif sera pour nous le point de départ d’une action menée à plus long terme sur le quartier. La problématique de la gestion des déchets est une problématique qui a été identifiée sur le quartier. Un projet similaire a été mené sur Malherbe et a conduit à de bons résultats. Il s’agit d’un projet imaginé et créé par la CLCV. 

Ce projet « inter-acteurs » mobilise donc les deux bailleurs du quartier (actis et Grenoble habitât), différentes associations (CLCV, CSF, brin d’grelinette, la compagnie du petit bonhomme, la maison des habitants), la bibliothèque de teisseire et la métro. L’objectif à plus long terme est de redynamiser ce quartier de Grenoble et d’améliorer le cadre de vie des habitants. L’évènement permettra de recueillir la parole des habitants, de redéfinir la place de chaque acteur au sein du quartier (bailleurs, associations, métro etc) et de poser les contours d’un accompagnement des habitants à plus long terme.

Le programme de la journée du 15 septembre est le suivant :
– un stand sera tenu par chaque bailleur afin que les habitants puissent les rencontrer et partager, mais également un stand par association (CLCV, CSF) afin d’expliquer aux habitants l’accompagnement que ces dernières peuvent leur proposer.

La compagnie du petit bonhomme mettra à disposition une quinzaine d’instrument de musique fabriqués à partir de déchets recyclés et proposera un atelier création d’un instrument (les enfants pourront repartir avec l’instrument qu’ils ont fabriqué).

– un stand alimentation : deux types de goûter seront proposés aux enfants, un stand à destination des enfants avec une activité type pioche aux questions proposé par la CLCV et un stand à destination des adultes animés par brin d’grelinette sur le « bien consommer ». Les messagers du tri (dépendant de la métro) proposeront par ailleurs une cuisine en 2D et une sensibilisation autour de la question des déchets alimentaires.

– une pêche à la ligne des déchets : créée et animée par la CLCV.

– un stand art plastique : décoration des pots de yaourt destinés à la plantation et création de hérissons en livre, créé et animé par la bibliothèque de teisseire et par la CLCV.

– Un stand jardinage : un stand à destination des enfants proposera de planter une fleur dans un pot de yaourt préalablement décoré au stand art plastique sera animé par la CLCV et un stand à destination des parents sera animé par brin d’grelinette avec jardinage, composte et bricolage.

– une activité ramassage des déchets à l’issue de la fête.

Pour plus d’informations n’hésitez pas à contacter la CLCV : Florine MULLEM au 04 76 23 50 15 ou fmullem.clcv38@free.fr

 

La fête des voisins

Comme chaque année, la CLCV a accompagné les habitants pour l’organisation de leur traditionnelle fête des voisins !

Ainsi, aux pieds de nombreux immeubles, la fête a battu son plein en cette soirée. Barbecues, ballons, musique, chacun y est allé de sa petite initiative afin de permettre aux habitants de se rencontrer et d’échanger ensemble.

A Jacques Brel à la Villeneuve, le collectif des habitants a rallier à sa fête les personnes des alentours pour une fête qui a réunit plus de 150 personnes sur la pelouse du Verderet. En partenariat avec la ville de Grenoble, le CCAS, Actis, SCIC Habitat Rhône-Alpes, l’association Kiap et la CLCV 38, les participants ont pu déguster les sandwichs merguez ou brochettes avec le taboulé cuisiné par Maurice sur le rythme de la Batuka, ou encore du groupe de musique et de la chorale des enfants de Jacques Brel.Fête des voisins Jbrel9

L’association des Habitants des Cascatelles (ARC) a elle aussi organisé cette fête ! Réunis ensembles au pieds des montées, les habitants ont pu discuter autour d’un verre offert par l’association soutenue par le bailleur social de la résidence, Grenoble Habitat et la CLCV 38.

A Gières, c’est avec le soutien de la mairie que les habitants du quartier ont pu se réunir, locataires et propriétaires.

Et puis de nombreuses initiatives ont eu lieu aux quatre coins du département : aux Allobroges à Varces (locataires de la SNI), aux Meyannes au Cheylas (locataires OPAC 38 et propriétaires), au Plan et à la Marquise à Pontcharra (locataires OPAC 38 et SDH), et dans d’autres lieux que nous avons certainement oublié ici !

Merci à tous pour votre implication !